top of page

Notre introduction à la session du Département des 20 et 21 octobre 2022


Monsieur le président, mes chers collègues,


La crise de l’énergie et du pouvoir d’achat que nous traversons doit conduire le département à soutenir ceux de ses partenaires qui sont les plus touchés.


Nous pensons en premier lieu aux professionnels de l’aide à domicile.


Le financement par l’État des 22€/heure d’intervention et 3€/heure pour la qualité au bénéfice des SAAD a été couvert totalement par l’État en 2022.

La marge de manœuvre financière dégagée par le département grâce au soutien de l’État en 2022, doit nous permettre de soutenir exceptionnellement les salariés des services d’aide à domicile.

C’est pourquoi nous demandons l’octroi en 2022 de Crédits Non Reconductibles aux associations gestionnaires afin de, notamment :

  • Compenser les surcoûts liés l’inflation des prix du carburant (rappelons que les aides à domicile travaillent avec leur véhicule personnel) ;

  • Aider à financer des véhicules électriques aux associations pour mise à disposition des salariés ;

  • Financer des formations collectives et séminaires d’équipes engageant cette nouvelle dynamique qualité ;

  • Soutenir des projets expérimentaux, par exemple en faveur du handicap.


Nous pensons aussi aux collèges, qui doivent faire face à une augmentation de leurs charges liées à l’achat de denrées alimentaires, de papier, de produits d’hygiène.

Le choix de ne pas rehausser les dotations des collèges face à l’inflation conduira invariablement non seulement à dégrader la qualité des repas mais aussi à diminuer les moyens pédagogiques donnés aux équipes enseignantes.

Gardons en tête que nous sortons à peine de deux années d’apprentissage dégradé, qui laissent des lacunes profondes dans les savoirs et les savoirs faire de tous les élèves, mais en particulier des plus fragiles. Rappelons aussi ici le désenchantement du métier de professeur que l’on constate parfois, qui se traduit par des milliers de postes non pourvus au concours. Ceci devrait nous conduire réagir et à investir maintenant dans l’école secondaire, sans attendre de constater les dégâts.



Pour finir, s’il est un seul aspect positif à la crise actuelle, c’est celui de la prise de conscience de la valeur de l’énergie. Nous saluons à ce titre la création d’une société d’économie mixte dédiée à la production d’énergie renouvelable, qui contribue à la fois à la décarbonation de notre économie et à notre indépendance énergétique.

La création de cette SEM s’inscrit dans la planification du développement des énergies renouvelables à l’échelle de la France, portée par les scénarios des énergéticiens comme RTE ou les associations comme Negawatt. Ces différents scénarios soulignent que la production d’électricité doit augmenter massivement, de l’ordre de 40%, ce qui nécessite de déployer simultanément toutes les solutions techniques disponibles.

À ce titre, on peut regretter que le plan d’action de la SEM exclut le soutien à la filière de l’éolien. Bien que de nombreuses oppositions aient vu le jour ces dernières années, nous devons faire le pari que la crise énergétique que nous traversons fera changer les mentalités en faveur des installations de production d’électricité comme les éoliennes. Le projet de loi présenté en septembre dernier en Conseil des ministres introduit de plus un mécanisme de réduction du coût de l’électricité pour les riverains des éoliennes, pour diminuer les conflits. L’acceptation des projets dans les territoires passe aussi par la mise en œuvre de mécanismes de participation citoyenne, que nous devons encourager. Nous faisons ici le constat que nous sommes dans le Loiret très en retard dans ce domaine, et que d’autres départements ont une démarche beaucoup plus volontariste de promotion des projets citoyens.

Nous formulons pour terminer le souhait que la SEM étende son champ d’action à l’ensemble des sources d’énergie, en incluant explicitement, dans son plan d’affaires, la production de biogaz et la géothermie. Dans ces domaines, il s’agit pour le département d’aller au-delà de son domaine foncier et de jouer le rôle non seulement de financeur mais aussi de coordinateur et d’expert technique pour lancer des projets sur l’ensemble du territoire.









Σχόλια


bottom of page